L’évolution historique du nu artistique se déroule en parallèle à l’histoire de l’art en général, sauf des petites particularités dérivées des diverses acceptations de la nudité dans diverses sociétés et cultures tout au long du temps.

Le nu est un genre artistique qui consiste à la représentation dans divers milieux artistiques (PEINTURE , SCULPTURES ou, plus récemment, CINÉMA et PHOTOGRAPHIS) du corps humain nu.

Il est envisagé comme un des classements académiques des œuvres d’art.

La nudité dans l’art a reflété en général les standards sociaux de l’esthétique et la moralité de l’époque pendant laquelle s’est réalisée l’œuvre.

Beaucoup de cultures tolèrent la nudité dans l’art bien plus que dans la vie réelle, avec des différentes notions sur qu’est-ce qui est acceptable : par exemple, même dans un musée dans lequel se montrent des œuvres nudistes, en général il ne s’accepte pas la nudité du visiteur.

Comme genre artistique, le nu est un thème complexe à aborder à cause des multiples variantes, autant formelles comme esthétiques et iconographiques. Des historiens de l’art l’envisagent comme étant le thème le plus important de l’histoire de l’art occidental.

Bien qu’il y a l’habitude de l’associer à l’érotisme, la nudité peut avoir des diverses interprétations et des significations, de la mythologie jusqu’à la religion, en passant par l’étude anatomique, ou bien comme représentation de la beauté et l’idéale esthétique de perfection, comme dans la Grèce Antique.

Sa représentation a varié par rapport aux valeurs sociales et culturelles de chaque époque et chaque peuple.

Ainsi pour les Grecs, le corps était un motif d’orgueil, alors que pour les juifs ainsi que les chrétiens le corps était motif de honte, étant la condition des esclaves et les misérables.